TÉLÉCHARGER LE CODE DE DÉONTOLOGIE ASSOCIATION DES PROFESSIONNELS GÉNÉAPSY

TÉLÉCHARGER LA CHARTE DE STRASBOURG SUR LA PSYCHOGÉNÉALOGIE FF2P

Nos valeurs

COURAGE ET HONNÊTETÉ

  • de proposer un cursus de formation qui respecte de la temporalité exigée par l’intégration des héritages transgénérationnels dans une époque où tout s’accélère.

  • de proposer un diagnostic transgénérationnel étayé par la recontextualisation historique des traumatismes subis par un système familial donné, au regard de sa culture et des mécanismes de défense mis en place pour survivre aux souffrances endurées.

  • de privilégier le chemin sinueux des hypothèses aux autoroutes des fictions explicatives.

RESPONSABILITÉ

Former des analystes transgénérationnels engage la responsabilité de transmettre un enseignement de qualité et une éthique d’accompagnement.

Les contenus didactiques de notre formation s’enracinent dans les bases théoriques de la clinique transgénérationnelle et des disciplines transversales qui l’enrichissent.

La mise en pratique de la théorie (expérientiels) sont encadrés et supervisés par les formateurs.

Les futurs analystes transgénérationnels s’engagent dans un travail thérapeutique approfondi sur leur processus transgénérationnel avant de pouvoir accompagner autrui.

ETHIQUE

L’analyste transgénérationnel est un thérapeute qui accompagne une personne dans un processus d’intégration de son héritage transgénérationnel. 

Il respecte la vision du monde de son client/patient (religion, spiritualité) sans imposer la sienne.

Il est au clair avec sa propre vision du monde (celui qui croyait au ciel, celui qui n’y croyait pas) pour ne pas la projeter sur son client/patient.

Le champ de la clinique transgénérationnelle par son vocabulaire (crypte, fantôme, hantise…) peut attirer le champ du paranormal (médiums, voyants, chamans) dont la pratique est différente : l’information passe par le corps et l’esprit du chaman qui la transmet au consultant. 

Dans l’espace thérapeutique, l’information vient du consultant qui élabore et symbolise.

Généapsy forme des thérapeutes transgénérationnels. 

EXPÉRIENCE

Des années (depuis 2001) de travail et de recherche dans la clinique transgénérationnelle, de recueil d’histoires ancestrales mises au service de la transmission de vignettes cliniques.

 

Une équipe de formateurs coaches et/ou thérapeutes en exercice : la théorie à l’épreuve de la pratique valide la compétence.

 

Plus de 500 personnes ont été formées par Généapsy®.

 

Qu'est ce que
l'analyse
transgénérationnelle?

LA PSYCHOGÉNÉALOGIE

L’institut Généapsy® forme à l’accompagnement  thérapeutique dans le champ de la psychogénéalogie et de l’analyse transgénérationnelle.

 

La psychogénéalogie est une pratique qui regroupe les concepts de « répétition » et de « syndrome anniversaire » rendus connus du grand public par la désormais célèbre

Anne Ancelin Schützenberger.

Elle exige de savoir utiliser le génogramme et le génosociogramme et permet de repérer les traumatismes et les deuils gelés dans la mémoire traumatique, pour les transformer en mémoire biographique.

LA PSYCHANALYSE
TRANSGÉNÉRATIONNELLE

La psychanalyse transgénérationnelle, associe les concepts de base de la psychanalyse à la psychogénéalogie pour :

  • faire le lien entre les conflits intrapsychiques et les transmissions intergénérationnelles et transgénérationnelles,

  • différencier dans le transfert le « retour du refoulé » du « retour du généalogique »,

  • analyser le contre transfert en supervision,

  • accompagner en sécurité le sujet dans l’intégration de sa place dans sa généalogie,

  • dissoudre les fantasmes d’identifications à des ancêtres problématiques,

  • clore le travail des deuils non faits (et à faire) par les ascendants.

L'ANALYSE
TRANSGÉNÉRATIONNELLE

L’analyse transgénérationnelle est une pratique transdisciplinaire qui s’articule autour de :

 

  • la psychogénéalogie

  • la psychanalyse transgénérationnelle

  • la sociologie (névrose de classe)

  • la psycho histoire

  • l’ethnologie et l’ethnopsychiatrie

  • la mythologie

  • la symbolique

 

Cette pratique nécessite donc un enseignement par niveau qui permet à son rythme :

  • d’intégrer son héritage transgénérationnel afin de pouvoir accompagner à son tour,

  • d’acquérir les compétences nécessaires à ce métier par des exercices pratiques (les expérientiels) encadrés et supervisés,

  • de s’entrainer au maniement des outils phares de l’analyse transgénérationnelle (génogramme, cartes associatives, constellations familiales, rêves éveillés) etc.

 

L’alternance des transmissions didactiques et des expérientiels offre la possibilité de mettre la théorie en pratique sur chaque module et de s’approprier les concepts.

Les supports de cours sont transmis à l’issue de chaque module pour faciliter l’intégration des contenus théoriques.

L’alternance des intervenants référents du cursus et des intervenants spécialisés dans leur domaine, garantit qualité et sécurité dans le suivi de la formation et des apports transversaux à la clinique transgénérationnelle.

Enfin, les participants sont accompagnés par leur formateur référent (un par ville) tout au long de leur formation, pour l’écriture de leur article professionnel ainsi que lors de la supervision didactique et clinique de leur « client témoin » (étude de cas clinique).

 

Cette pédagogie fait de Généapsy® le seul institut de formation à proposer une formation complète et holistique de manière suivie, graduelle et sur un seul programme de formation. Sa ténacité quant au respect de l’éthique et de la déontologie nécessaires au métier d’analyste fait de Généapsy® la référence française en psychogénéalogie et en analyse transgénérationnelle.

Les enjeux de
l'analyse
transgénérationnelle?

LES ENJEUX

  • La psychogénéalogie prend en compte la « préhistoire » du sujet et la transmission des acquis qui le prédéterminent à son insu.

  • Elle propose un bilan des transmissions familiales sur plusieurs générations et s’intéresse plus particulièrement à la répercussion sur les descendants des deuils difficiles et des traumatismes vécus par leurs ascendants.

  • Cette approche permet de faire des liens entre la problématique du sujet et les traumatismes non élaborés par les générations précédentes.

LE TRAVAIL CONSISTE À

  • répertorier la mémoire familiale sur au moins 4 générations (état civil, récits des vivants sur les morts)

  • inscrire les informations sur un arbre généalogique représenté sous forme de génogramme.

  • repérer les trous de mémoire des traumatismes (dans l’histoire familiale et collective) qui se « révèlent » sur le tracé du génogramme et à sa lecture en séance.

  • repérer les identifications qui pourraient prédestiner le consultant à « répéter » des traumatismes oubliés.

  • observer les « répétitions » de dates dans le génogramme et de leurs effets dans la vie du consultant (et parfois celle de ses enfants) sous forme de « syndrome  anniversaire », événements, symptômes à un certain âge et/ou à une date en « écho » avec le vécu ignoré d’un ancêtre.

  • mettre en lien le choix des prénoms avec les mémoires traumatiques.

  • intégrer son héritage familial, s’approprier les ressources de l’arbre.

  • se séparer des identifications mortifères.

  • rompre le cycle des répétitions, génératrices de nouveaux traumatismes.

Les praticiens proposent des outils d’intégration en fonction de leur formation thérapeutique de base (art thérapie, rêves, cartes associatives, configurations familiales, etc.)

 

La psychogénéalogie traverse une crise de la transmission tant dans ses contenus théoriques que par l’acte de transmettre et par l’accompagnement des patients.

 

La médiatisation d’Anne Ancelin Schützenberger et de son best-seller « Aïe mes aïeux » a contribué à la vulgarisation des concepts de la clinique transgénérationnelle auprès du grand public pour le meilleur et pour le pire.

 

Pour le meilleur parce que :

  • la prise de conscience des effets des traumatismes sur plusieurs générations et des conséquences sur l’ensemble du système ont « dépoussiéré » le complexe d’Œdipe et ouvert de nouvelles perspectives sur la transmission des mémoires traumatiques, 

  • la psychanalyse transgénérationnelle - pionnière en la matière - a élaboré les concepts nécessaires pour penser ces transmissions des acquis (syndrome anniversaire, crypte, fantôme, secrets de famille etc.),

  • les nouvelles découvertes dans le domaine de l’épigénétique et la connaissance sur la vie fœtale étayent les observations et les intuitions des pionniers (Karl, Abraham, Torok, Dumas, Ancelin) et stimulent la recherche clinique.

Pour le pire parce que :

  • certaines approches thérapeutiques qui prétendent se référer à la psychogénéalogie n’ont grand chose de commun ni avec la thérapie, ni avec la psychogénéalogie,

  • des thérapies traditionnelles ancestrales telles que la médecine chinoise sont trahies par des praticiens à l’éthique fluctuante,

  • des outils comme les constellations familiales font l’objet de déviances sectaires sous couvert pseudo scientifique de la physique quantique et de l’inconscient collectif,

  • les concepts de crypte et de fantôme sont victimes de leur appartenance sémantique au champ de l’ésotérisme et des « esprits » et induisent des accompagnements « chamaniques » auto référencés,

  • le champ thérapeutique de la « clinique des morts » floute les limites entre spiritualité et thérapie, ouvrant ses frontières à toutes les croyances qui envahissent la psychogénéalogie.

Un thérapeute accompagne le processus de son patient en respectant sa vision spirituelle sans lui imposer la sienne, ni même la lui suggérer par des petites phrases anodines du type « il n’y a pas de hasard ». Lorsque le thérapeute occupe la place du chaman, du médium ou autres, alors ces postures - aussi éthiques et compétentes soient elles - ne peuvent pas se référer à la désignation de psychogénéalogie. La  psychothérapie (seul le titre de psychothérapeute est légiféré) n’est pas encadrée par le législateur et n’importe qui peut selon la formule de Lacan « s’autoriser de lui-même » à s’installer comme thérapeute. Cependant il ajouterait - ce que certains oublient - « et de quelques autres », c’est à dire de pairs qui valident cette auto légitimité.

 

Un psychogénéalogiste, un analyste transgénérationnel est donc un professionnel formé a cette clinique qui :

  • explique son cadre de travail et peut faire preuve de sa formation,

  • a mis au travail son propre processus thérapeutique transgénérationnel et s’est formé à l’accompagnement (techniques d’entretien, analyse du transfert et contre transfert etc.),

  • fait superviser sa pratique,

  • est reconnu par des pairs (association de professionnels)

  • respecte la posture éthique de l’accompagnement thérapeutique préconisée par la charte de Strasbourg.

 

Les formateurs Généapsy respectent donc cette ligne de conduite et l’incarnent dans leur formations.

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle