• Facebook - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle
  • Pinterest - Gris Cercle
  • LinkedIn - Gris Cercle

Simone Cordier

co-directrice et formatrice
scordier@geneapsy.com
+33 (0) 6 21 03 26 85

Elisabeth Alves-Périé

Gérante, co-directrice et formatrice
eaperie@geneapsy.com
+33 (0) 6 22 73 35 22

 

Généapsy

contact@geneapsy.com

+33 (0) 1 42 88 19 02

+33 (0) 6 26 18 38 60

Nos formations peuvent, dans certains cas, être prises en charge.
Nous contacter via
contact@geneapsy.com

Ecole GENEAPSY - SARL au capital de 7500 € 
SIRET : B 450 794 367 00034 , APE : 8559B
N° DIRECCTE Ile de France : 11 93 07346 93 - DATADOCK n°0054155

Siège Social : 28 rue Kléber – 93700 Drancy
Tel : + 33 (0)1 42 88 19 02 - +33 (0)6 26 18 38 60

Email: contact@geneapsy.com

« Cancer de l’utérus : de l’hérédité à l’héritage transgénérationnel »

28 Feb 2019

 

Maud Pannequin, analyste transgénérationnel formée à Généapsy, a effectué cette analyse remarquable et transgénérationnelle sur le thème du cancer de l'utérus. 

Nous espérons que vous éprouverez le même intérêt à lire ce sujet, tout comme l'équipe Généapsy ainsi que les membres du jury.

 

Bonne lecture...

 

 

L'incipit :

Que peut apporter l’analyse transgénérationnelle aux femmes ayant été touchées par le cancer de l’appareil génital dans leur quête de sens ?

 

"Le cancer de l’appareil génital ou le cancer gynécologique touche aujourd’hui en France plus de 13 500 femmes par an, dont 3 000 nouveaux cas par an pour le cancer du col de l’utérus, 6 300 pour celui de l’utérus et 4 400 pour le cancer de l’ovaire. Il y a 10 ans, 2 780 femmes étaient touchées par le cancer du col de l’utérus, 6 300 par le cancer de l’utérus et 4 440 par celui de l’ovaire, soit un nombre stable de femmes touchées par an avec un taux de natalité de 1,9 en France. Ces résultats suscitent une polémique transdisciplinaire sur la prévention et les traitements médicaux de ces femmes. Pourquoi le nombre de femmes touchées par le cancer du col de l’utérus ne diminue-t-il pas plus nettement alors que la prévention par le dépistage du papillomavirus permettrait aujourd’hui d’éradiquer ce cancer ? L’observation clinique montre que ces femmes ne procèdent effectivement pas à un dépistage régulier, pour des raisons aussi variées et vastes que les causes probables du cancer. Si les femmes victimes d’un cancer s’interrogent fréquemment a posteriori sur la raison de leur maladie, rares sont les femmes qui s’interrogent a priori sur leurs chances de contracter un cancer du col de l’utérus. Cette observation fonde ma réflexion sur l’intérêt d’une recherche centrée exclusivement sur le préventif si par ailleurs le besoin de sens à postériori n’est pas entendu..."

 

 

Pour lire la suite, cliquez sur le lien suivant : Cancer de l'utérus : de l'hérédité à l'héritage transgénérationnel"

 

Please reload

A l'affiche

Séminaire résidentiel - Juillet 2020

October 13, 2019

1/3
Please reload

Archives
Please reload

Suivez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Pinterest Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Twitter Basic Square
  • LinkedIn Social Icon
RSS Feed
Catégories