• Facebook - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle
  • Pinterest - Gris Cercle
  • LinkedIn - Gris Cercle

Simone Cordier

co-directrice et formatrice
scordier@geneapsy.com
+33 (0) 6 21 03 26 85

Elisabeth Alves-Périé

Gérante, co-directrice et formatrice
eaperie@geneapsy.com
+33 (0) 6 22 73 35 22

 

Généapsy

contact@geneapsy.com

+33 (0) 1 42 88 19 02

+33 (0) 6 26 18 38 60

Nos formations peuvent, dans certains cas, être prises en charge.
Nous contacter via
contact@geneapsy.com

Ecole GENEAPSY - SARL au capital de 7500 € 
SIRET : B 450 794 367 00034 , APE : 8559B
N° DIRECCTE Ile de France : 11 93 07346 93 - DATADOCK n°0054155

Siège Social : 28 rue Kléber – 93700 Drancy
Tel : + 33 (0)1 42 88 19 02 - +33 (0)6 26 18 38 60

Email: contact@geneapsy.com

15 FEVRIER : CLAUDE / CLAUDIA / CLAUDETTE / CLAUDIN et CLAUDINE / CLAUDIE
#unprenompourlavieGeneapsy
#unregardtransgenerationnelsurleprenom
#pistestransgenerationnelles

 

Issu du surnom latin Clausus qui désigne le boiteux, du verbe claudicare = boiter.

 

 

Plusieurs Saints portent ce prénom. Claude La Colombière (1642 / 1682) est un prêtre jésuite qui enseigna à Lyon et finit sa carrière comme supérieur du collège de Paray-le-Monial après avoir connu les geôles londoniennes en 1678.

Le 6 juin est honoré un Claude de Besançon (6è siècle) invoqué pour guérir les boiteux et les impotents. Sans oublier l’Empereur Claude, (né à Lyon vers 10 av. J.-C. et mort à Rome en 54) qui succède à son neveu Caligula, après l'assassinat de ce dernier. Il n'était pas préparé à sa fonction, de plus il était bègue, boiteux et épileptique, ce qui l'avait fait tenir à l'écart de la famille impériale. Il fit la conquête de la Bretagne (Angleterre actuelle) et de la Thrace.

Il fit exécuter sa femme Messaline, dont la conduite était scandaleuse. Il épouse alors sa nièce Agrippine, qui avait déjà un fils, Néron. Agrippine fait adopter Néron par Claude, puis fait empoisonner ce dernier.

 

Le surnom de boiteux est un prénom lourd à porter !

Claude est un prénom masculin (qui reste modeste jusqu’à son succès dans les années trente, il retombe dans l’oubli et ressurgit après 1950.

Claudine prend son essor après 1750 et atteint le top 20 au siècle suivant, (grâce à son col de petite fille sage ?), elle se maintient jusqu’en 1950.

Claudie reste confidentiel.

 

Les pistes transgénérationnelles :

Handicap physique et ou mental dans les lignées (syphilis constitutionnelle, accidents, mutilation de guerre…) et les conséquences : honte, exclusion, misère pour ceux qui ne peuvent travailler ; célibat forcé…

 

La famille boiteuse des Labadacides    
Labdacos le grand père, est boiteux ; Laïos le père est gaucher et Œdipe le fils a les pieds enflés (œdème) ils sont tous atteints d’une infirmité qui pour les grecs représente un défaut moral de « droiture ». Chez les Labadacides, viol, inceste, parricide et tentative d’infanticide font recette.

 

Le handicap était considéré comme une tare morale, une punition divine et plus tard le naturalisme en fera une dégénérescence héréditaire.

 

La famille de Victor Hugo est fortement marquée par le prénom Claude qui semble « hanter » la lignée paternelle (le 15 février, jour de la saint Claude est récurrent dans l’arbre). Or nous trouvons un ancêtre mythique qui se nommait Claude et un oncle de Victor (enfant mort vers 10 ans dont personne ne dit mot).

 

Dans Notre-Dame-de-Paris c’est l’archidiacre Claude Frolo (frelon ?) qui fait torturer Esméralda : il lui brise les pieds ! Quasimodo le monstre handicapé est plus droit dans ses bottes que le psychorigide Claude.

Avec Hugo, rien n’est laissé au hasard : il nous parle bien de droiture ou de torsion d’âme (dans sa famille ?)

Nos ancêtres faisaient l’amalgame entre boiterie et « esprit tordu » : bien des boiteuses sont passées pour des sorcières ayant commercé avec le malin.

Le prénom Claude peut faire œuvre de mémoire de ces blessures physiques et morales : Les Claude devront « marcher droit » et peut-être vont-ils « trébucher » pour remettre en scène les exclus oubliés ?

 

 

Claude, prénom mixte :

  • Claude est l’héroïne du club des 5 (Enid Blyton en 1955 la petite bibliothèque rose).
    La petite Claude est un « garçon manqué » intrépide qui rêve d’aventures et résout des énigmes policières avec ses amis et son chien Dagobert.

  • Les mères de cette époque charnière dotaient-elles leur fille de qualités « dites masculines » pour leur ouvrir un avenir professionnel qu’elles n’avaient pas eu ?

  • Les petites Claude de cette époque ont-elles bataillé pour se faire une place au soleil ? Comment ont-elles intégré leur féminin ?

Claudine de Colette et Willy (surtout de Colette) raconte les aventures initiatiques de la petite fille sauvage qui devient femme. Colette d’abord soumise à son mari (sorte de souteneur littéraire qui profite du talent de sa femme) doit lutter pour que son nom d’écrivain femme soit reconnu.

Encore une fois la lutte du féminin pour sortir du joug masculin.

 

Claudie et Claudia, Claudette échappent-elles à la loi du masculin qui l’emporte sur le féminin ?

Tous ces dérivés de Claude posent la question de la place de la femme qui ne sait pas sur « quel pied danser » dans une société qui ne lui reconnaissait que le rôle de maman, de putain ou de ravissante idiote.

 

A vos arbres !

 

Cliquez pour élire le prénom de la semaine 8

Please reload

A l'affiche

Généapsy ouvre ses portes à Lyon !

December 6, 2019

1/3
Please reload

Archives
Please reload

Suivez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Pinterest Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Twitter Basic Square
  • LinkedIn Social Icon
RSS Feed
Catégories