Elisabeth Alves Périé

Gérante, co-directrice et formatrice
eaperie@geneapsy.com
+33 (0) 622 733 522

Simone Cordier

co-directrice et formatrice
scordier@geneapsy.com
+33 (0) 621 032 685

Maud Pannequin

Formatrice référente Lyon
mpannequin@geneapsy.com
+33 (0) 607 693 600

Thibaut de Diesbach
Formateur référent Belgique

tdediesbach@geneapsy.com
+32 (0) 460 214 500

 

Formations Paris

contact@geneapsy.com

+33 (0) 142 881 902

+33 (0) 626 183 860

 

Formations à Lyon

resalyon@geneapsy.com

+33 (0) 607 693 600

 

Formations en Belgique

resabelgique@geneapsy.com

+32 (0) 460 214 500

Nos formations peuvent, dans certains cas, être prises en charge.
Nous contacter via contact@geneapsy.com

  • Facebook - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle
  • Pinterest - Gris Cercle
  • LinkedIn - Gris Cercle

Ecole GENEAPSY - SARL au capital de 7500 € 
SIRET : B 450 794 367 00034 - APE : 8559B
N° DIRECCTE Ile de France : 11 93 07346 93 - DATADOCK n°0054155

Siège Social : 28 rue Kléber – 93700 Drancy

8 FEVRIER : JACQUELINE
#unprenompourlavieGeneapsy
#unregardtransgenerationnelsurleprenom
#pistestransgenerationnelles

 

Et ses dérivés Jackie / Jacquotte / Jacquemine…

 

 

 

 

Jacqueline vient de Jacques qui vient de Jacob

Jacob vient de l’Hébreu = celui qui saisit par le talon : le talonneur (en référence à la compétition avec son frère Esaü dès la naissance et sans doute avant)

 

Le prénom Jacques /Jacob sera traité dans notre livre sur les prénoms.

 

Nous garderons toutefois à l’esprit cette notion de rivalité dans la fratrie (Jacques frère ainé de Jean l’évangéliste fété et les deux Jacques : le mineur et le majeur).

 

Sainte Jacqueline est une mère de famille (2 enfants) veuve de Gratien Frangipani (elle donne son nom à la crème frangipane qu’elle préparait pour son ami François). Elle est l’amie (et mécène) de Saint François d’Assise qui la surnomme « frère Jacqueline ». Elle meurt le 8 Février 1239 en Ombrie (elle choisit de vivre non loin de la tombe de François) et sera inhumée près de lui dans la basilique d’Assise.

 

Le prénom est attribué depuis le Moyen-Âge jusqu’au 19è siècle qui le délaisse ; il connaît un regain vers 1915 jusqu’en 1960 (pic en 1927 : 3è prénom le plus attribué ; 5è place en 1946). Les Jacqueline se font rares à partir de 1985.

Jackie est un diminutif qui a pu s’inspirer de Jackie Kennedy dans les années 1960 ?

 

Les pistes transgénérationnelles :

Derrière Jacqueline, il y a Jacques : comme pour tous les prénoms masculins féminisés, il sera judicieux d’interroger le désir de garçon des parents et ou le prénom d’un ancien amoureux. Ceci est valable pour les 2 sexes : j’ai eu en clinique une Jacqueline qui portait le prénom de « l’amant interdit », copain de régiment du père.

 

Saint François d’Assise la nommait « frère Jacqueline », lui demandait-il de lui ouvrir sa porte pour rallumer sa chandelle morte ? Etait-elle si peu féminine, qu’elle était comme un frère pour François ?

Porter un prénom masculin féminisé peut avoir une influence sur sa « confiance » en sa féminité ; surtout si l’ombre d’un « Jacques » plane sur la layette rose du bébé.

 

Il faudra regarder la majorité sexuelle de la fratrie et la place de Jacqueline.

  • Fille unique, elle se devra d’incarner le yin et yang dans sa vie.

  • Ainée, elle est sans doute attendue comme un garçon.

  • Xème fille de la fratrie ; elle devra endosser le costume du frère Jacques qui n’est pas venu où décevoir.

  • 2è après un garçon : attendait-on un autre garçon ? Le premier était-il décevant ? enfant de remplacement ?

L’ainé, quel que soit son sexe peut également porter le prénom du père ou du grand père (si telle est la tradition familiale).

 

La rivalité fraternelle

Le droit d’ainesse est un sujet à regarder de près dans les arbres : quel combat se joue entre l’ainé et le second ? La rivalité peut se transmettre de génération en génération et s’orchestrer via les prénoms.

Jacques est l’ainé de Jean mais c’est Jean qui devient le Baptiste.

Jacques le majeur et le mineur : toute une mélodie en sous-sol de rivalité.

Jacob est un second qui prend la place de son ainé.

Lors de la guerre de 14/18, la mort d’un ainé au combat peut peser sur le cadet survivant (ou trop jeune pour faire la guerre) tel un « complexe de Caïn ». Le prénom pourrait donner aux descendants du cadet une mission de « réparation » à l’égard du mort (sorte de dette impossible).

Imaginons que le cadet « talonne » l’ainé et « réussisse » mieux sa vie professionnelle : écrivain ou acteur célèbre, statut social plus élevé... Le prénom Jacques –Jacqueline- pourrait-il s’attribuer comme une mission de revanche à prendre sur le cadet de la génération précédente ? Les 2 frères ont pu se disputer la même fiancée (qui a peut-être hésité ?)

Regarder le prénom Jean de près peut vous ouvrir quelques pistes sur le thème de la rivalité.

 

Ou vos ancêtres sont-ils allés à Compostelle ? Ou encore une autre raison ?

 

A vos arbres !

Please reload

A l'affiche

Outils-Trainings : Photolangage à Paris

December 20, 2019

1/4
Please reload

Archives
Please reload

Suivez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Pinterest Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Twitter Basic Square
  • LinkedIn Social Icon
RSS Feed
Catégories