• Facebook - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle
  • Pinterest - Gris Cercle
  • LinkedIn - Gris Cercle

Simone Cordier

co-directrice et formatrice
scordier@geneapsy.com
+33 (0) 6 21 03 26 85

Elisabeth Alves-Périé

Gérante, co-directrice et formatrice
eaperie@geneapsy.com
+33 (0) 6 22 73 35 22

 

Généapsy

contact@geneapsy.com

+33 (0) 1 42 88 19 02

+33 (0) 6 26 18 38 60

Nos formations peuvent, dans certains cas, être prises en charge.
Nous contacter via
contact@geneapsy.com

Ecole GENEAPSY - SARL au capital de 7500 € 
SIRET : B 450 794 367 00034 , APE : 8559B
N° DIRECCTE Ile de France : 11 93 07346 93 - DATADOCK n°0054155

Siège Social : 28 rue Kléber – 93700 Drancy
Tel : + 33 (0)1 42 88 19 02 - +33 (0)6 26 18 38 60

Email: contact@geneapsy.com

14 JANVIER : NINA
#unprenompourlavieGeneapsy
#unregardtransgenerationnelsurleprenom
#pistestransgenerationnelles

 

 

Allez voir Ninon au 15 décembre et vous trouverez Nina. Comme vous avez pu le remarquer, ils sont plusieurs Saints pour une même date et plusieurs dates sont attribuées pour un même prénom (porté par plusieurs saints très connus) ou rajoutés sur le calendrier selon des critères (parfois obscurs) lorsque aucun Saint n’a porté ce prénom. Les dates ne concordent pas toujours entre l’église d’Orient et d’Occident pour un même Saint.

Les dates ont changé au cours des différentes réformes du calendrier religieux : le 14 janvier fêtait un Saint Félix et un Saint Hilaire (au 13 janvier aussi).

 

Au fur et à mesure des canonisations et béatifications, des Saints se sont rajoutés (21 canonisations et 33 Saints sous Pie XII, 266 pour Paul VI et 446 pour Jean Paul II !).

Les nouveaux sont des martyres en « mission » à l’étranger et des « faiseurs » de miracles confirmés et validés par le Vatican (voir la série « the Young Pope »).

 

Beaucoup de monde pour 365 jours sans oublier les prénoms laïcs et les prénoms issus d’autres religions et ceux des prophètes de l’Ancien Testament : caser tout le monde à sa bonne place, oblige à faire, soit des rapprochements phonétiques (dérivés des prénoms), soit à amalgamer plusieurs biographies de Saints dans une seule (emprunts), soit à trouver un Saint obscur ou nouvellement arrivé qui servira de « prête sainteté » à un prénom qui s’est imposé dans le social. Par exemple, Jade qui apparaît vers 1973 et qui n’a aucune marraine Sainte pour lui offrir un jour de fête dans le calendrier de l’Eglise catholique ; Jade partage la couleur verte avec l’émeraude : l’église a déniché un légionnaire romain, martyre chrétien en 320, du nom de Smaragde = émeraude en Grec (ville Agde), fêté le 10 mars. Jade était casée !

 

Regardez les Saints fêtés derrière un prénom non estampillé « martyre et ou miracle », la date et le lieu de canonisation : les Bernadette nées après 1879 (B. de Soubirous est morte le 16 avril et sa fête est le 18 février) seront davantage reliées à la dévotion de « celle qui a vu la vierge » que les Bernadette d’époques antérieures.

 

Travailler sur les prénoms requiert aussi quelques recherches historiques en matière de canonisation et de logique religieuse. Si aujourd’hui seuls les catholiques pratiquants se sentent « obligés » de respecter la norme de nomination préconisée par l’église ; c’était « normal » pour nos arrières-grands-parents (voire nos grands-parents) de choisir de donner à leurs enfants le prénom d’un Saint auquel ils accordaient un pouvoir de protection. Lorsque cette norme est respectée, la protection du Saint nous met sur la piste de ce qu’il faut éviter : cas d’une famille qui nomme les fils Gaspard – sensé aider ceux qui sont tombés dans un ravin à faire venir les secours – (sic) ; plusieurs accidents de chute dans des ravins font mémoire traumatique dans cette famille ! Lorsque la logique de nomination sort de la norme, il sera judicieux de dater le « schisme » et de le localiser dans une fratrie (si tous se nomment Pierre, Paul, Jacques et qu’arrive un Sigismond, nous nous poserons des questions : est-ce un ainé qui sort des us et coutumes ? un second ? etc…).

 

Certains choix de prénoms bibliques pourront nous mettre sur la piste de l’Ancien Testament et des protestants ; des prénoms français dans une famille émigrée, sur la piste de la volonté d’intégration (cas d’une famille sénégalaise dont les fils avaient épousé Marie-France et Françoise).

 

Ouvrir un prénom c’est découvrir une histoire familiale sur fond d’histoire, de religion, de société et de mystère.

 

A vos arbres !

 

 

Please reload

A l'affiche

Séminaire résidentiel - Juillet 2020

October 13, 2019

1/3
Please reload

Archives
Please reload

Suivez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Pinterest Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Twitter Basic Square
  • LinkedIn Social Icon
RSS Feed
Catégories